AVERTISSEMENT

Ce blog peut contenir des photos opératoires choquantes pour les plus jeunes

Breaking News
Loading...

Derniers Articles

jeudi 15 décembre 2011
The Fifth Alpine Nasal Course

The Fifth Alpine Nasal Course


                                                21.01.2012 - 25.01.2012
                                            Crans Montana (Swiss Alps)



                                                http://www.alpinenasalcourse.be/

samedi 3 décembre 2011
no image

Rhinoplastie / archives of facial plastic surgery /decembre 2011


2 nouveaux articles intéressant sur la rhinoplastie



Anterior Ethmoidal Artery Septal Flap for the Management of Septal Perforation

  1. Paola Castelnuovo, MD
  2. Fabio Ferreli, MD
  3. Iman Khodaei, FRCS
  4. Pietro Palma, MD
    Cet excellent article nous propose une technique simple de fermeture des perforations septales antérieures
    Utilisées sur 11 patients avec succès sur des perforations antérieures de 10 a 25 mm de diamètre 
    Cette technique endonasale utilise un lambeau muqueux unilatéral pédiculé sur l'artère ethmoïdale antérieure , ce lambeau est réalisé en arrière de la perforation et descend sur le plancher de la fosse nasale en remontant modérément sur la paroi latérale ( niveau du méat inférieur ) , puis une rotation antérieure permet de suturer la partie inférieure a la perforation laissant le plancher nasal sans recouvrement , des plaques de silastic sont laissés en place 3 semaine avec un méchage de 2 jours 
    La réepithelialisation du plancher se faisant seule en 3 semaines 
    Mon avis  : cette technique est très intéressante par sa simplicité : voie endonansale , recouvrement d'un seul coté , aucune utilisation de greffe ou matériel synthétique 
    Il faut rappeler que seules les perforations symptomatiques relèvent d'une prise en charge chirurgicale ( obstruction nasale , croûtes , sifflement , saignement )

The Alar-Spanning Suture

A Useful Tool in Rhinoplasty to Refine the Nasal Tip

  1. Stephen W. Perkins, MD
  2. Ahmed S. Sufyan, MD


Les auteurs rapportent une technique supplémentaire de suture de la pointe indiquée dans la prise en charge des pointes larges bulbeuses et fortement convexes

Apres avoir réalisé la modification de la convexité de la pointe et placé 1 ou 2 sutures interdomales , le chirurgien peut si la convexité persiste ajouter une suture rapprochant les 2 cartilages alaires sur la ligne médiane part un point en " U" place juste a la partie externe des dômes 
Cette suture étant réalisé avec un prolène 5/0

Mon avis : Attention cette suture peut surélever les dômes comme un "crête "avec un aspect inhabituel de la supratip 



                         Dr Lionel Azan / spécialiste rhinoplastie / Paris 

jeudi 24 novembre 2011
rhinoplastie : l' approche moderne de la chirurgie de la pointe nasale

rhinoplastie : l' approche moderne de la chirurgie de la pointe nasale

La modification de la pointe est une des demandes fréquentes  de la rhinoplastie , amélioration de sa  définition , recul de sa  projection , rehaussement dans les pointes tombantes ( "droopy tip"  )

La forme de la pointe est dépendante de son support ( la cloison nasale ) de la forme des cartilages de la pointe ( cartilage alaires ) et de son revêtement la peau ( plus ou moins épaisse )

Durant  les 20 dernières années , les chirurgiens pour rendre la pointe moins large et plus définie ont pratiqué des résections excessives aboutissant a des nez pincés ( "pinched nose ")
Non seulement le résultat esthétique n'est pas au rendez vous , mais ces techniques dégradent la fonction respiratoire avec des nez bouchés par dégradations du support de la valve nasale

quelques exemples de "nez pinces et évidés " avec disparition de face des lignes harmonieuses de "Sheen "





Ces techniques sont d'autant plus dévastatrices sur peau épaisse comme on peut le voir sur la photo précédente , car une pointe sans support ne présente plus aucune forme !! 

Le but de la modification de face dans une rhinoplastie est  de respecter les lignes esthétiques de Sheen , a savoir 2 lignes parallèles qui partent des sourcils et descendent harmonieusement jusqu'à la pointe ou elles s'évasent légèrement plutôt que de se pincer 

      

Les techniques modernes de modification de la pointe ont pour but de modifier la forme des cartilages , en changeant la courbure  essentiellement par  des sutures  ,  a ces techniques de sutures aujourd'hui viennent se rajouter la réutilisation des fragments réséqués dans le but d'augmenter le support des cartilages de la pointe et de préserver au mieux la fonction respiratoire 

Le but étant d'avoir des cartilages en position neutre ni trop convexe ni trop concave 

En pratique:  après avoir exposé les cartilages de la pointe , le chirurgien délimite au feutre la zone a réséquer en prenant soin de conserver une hauteur minimale de 6 a 7 mm de cartilage 


Le temps suivant consiste a libérer la muqueuse interne tout en conservant une attache caudale de 2 mm pour ne pas libérer la totalité de cartilage 



On pratique alors a la résection de la  partie supérieure du cartilage 



Celui ci est alors glisse et suturé a la partie profonde pour assurer le support de la partie restante 



Au total , les cartilages de la pointe restent dans une position relativement neutre , ni trop concave a l'origine d'une pointe globuleuse , ni trop convexe a l'origine d'une pointe pincée


Quelques résultats 

pointe en " bouchon " ( boxy tip )

pointe pincée

nez pincé avec pointe tombante ( droopy tip ) 





Une Video de la technique
(AVERTISSEMENT : il s'agit d'une video chirurgicale qui peut choquer les personnes sensibles )






                             
                                        Dr Lionel Azan / specialiste rhinoplastie / Paris









dimanche 20 novembre 2011
samedi 12 novembre 2011
no image

rhinoplastie / archives of facial plastic surgery / novembre 2011


Dans ce nouveau un seul article très intéressant sur la rhinoplastie

Lateral Crural Turn-in Flap in Functional Rhinoplasty

  1. Fazil Apaydin, MD

L'auteur rapporte son expérience sur l'utilisation de la technique : " latéral crural turn in flap " ( LCTF ) , cette technique consiste a utilise la portion céphalique du cartilage réséqué , et la repostionner dans une poche disséqué au préalable entre la peau vestibulaire et la partie caudale restante , en ayant pris soin de laisser 2 mm de muqueuse attaché a la partie caudale restante  , les 2 fragments étant suture avec du PDS 
Cette technique permet d'augmenter le support de la valve externe tout en modifiant la forme de la pointe et de prévenir le risque de nez "pincé " cause d'une gêne respiratoire 

Mon avis : une technique de plus allant dans le sens de la fonctionnalité , la chirurgie moderne  de la pointe évolue dans le bon sens , etre modere dans les resections et augmenter les support pour conserver la fonction respiratoire 

      
                                                    Dr Lionel Azan / spécialiste rhinoplastie / Paris

jeudi 3 novembre 2011
no image

Les matériaux de greffe en rhinoplastie

La rhinoplastie a beaucoup évoluée dans sa philosophie , la rhinoplastie moderne se base plus sur  les volumes dans sa composante esthétique et renforce de plus en plus les supports du nez ( cartilage de la pointe , support de la pointe ) dans son projet fonctionnel 

Aussi le chirurgien utilise de plus en plus de matériaux de greffes pour réaliser son intervention ( cartilage , os , aponévrose , silicone , medpore , gore tex , dermes acelullaires , tutoplast .......)

Pour le public ces termes sont parfois obscurs , aussi vous trouverez sur le lien suivant une fiche d'information destinée aux futurs patients sur ce ce sujet : qu' es ce qu' une greffe en rhinoplastie ? et comment le chirurgien fait il son choix  en fonction du type de rhinoplastie

http://www.institut-rhinoplastie.fr/rhinoplastie-procedure-chirurgicale-et-complications/rhinoplastie-greffes-et-implants-285.html


                     Dr Lionel Azan / specialiste rhinoplastie / Paris
mardi 25 octobre 2011
2 meetings rhinoplastie a ne pas manquer !!

2 meetings rhinoplastie a ne pas manquer !!


congres de l'assocation Americaine de chirurgie plastique de la face a San Diego en janvier 2012







Congres a ne pas manquer a Rome  pour les Europeens  en mai 2012 , organisé par par la federation internationale des societes de chirurgie plastique de la face ( IFFPPS )
regroupant des intervenants internationnaux 




Dr Lionel Azan /specialiste rhinoplastie / paris 









dimanche 23 octobre 2011
no image

influence de la temperature et du degre d'humidite dans la sensation d'obstruction nasale

Des chercheurs du  Monell Chemical Senses Center ont démontré que la sensation d'obstruction nasale est directement lié aux variations de température et d'humidité de l'air , aussi la sensation d'obstruction serait directement lié a la capacité du nez a réguler sa température  et son degré d'humidité ( se refroidir )

Ainsi chez des patients ne présentant pas d'obstruction mécanique ( déviation de la cloison ou insuffisance de la valve nasale ) , uns sensation de congestion est possible au contact d'un air chaud et humide , l'air froid et sec améliorant nettement la sensation d'un bon flux respiratoire nasale

Ceci peut donner une partie des explications de sensation d'obstruction dans les syndromes du nez vide ou chez les patients trachéostomisés respirant au travers de la trachéostomie et se plaignant d'une sensation de nez bouché

Ceci ouvre surtout la voie a des recherches complémentaires sur l'obstruction nasale en générale et ses causes neuro sensitives

Pour en savoir plus lire l'article original :

Perceiving Nasal Patency through Mucosal Cooling Rather than Air Temperature or Nasal Resistance

Kai Zhao*Kara BlackerYuehao LuoBruce BryantJianbo Jiang
Monell Chemical Senses Center, Philadelphia, Pennsylvania, United States of America

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi/10.1371/journal.pone.0024618

          
                                    Dr lionel Azan / specialiste rhinoplastie / Paris

 


samedi 22 octobre 2011
lundi 17 octobre 2011
no image

118 eme congres de la SFORL / rhinoplastie



 le dimanche 16/10/11 s’est tenue une matinée sur le thème de la rhinoplastie organisée par  la société française  de chirurgie plastique et esthétique de la face et du cou

Voici un petit résumé personnel de cette  matinée

le Dr Durbec a présenté une communication : " comment contrôler la projection de la pointe du nez : analyse et algorithme de traitement "
Cette étude rétrospective tend a démontré l’importance de la mise en place d’un étai columellaire pour contrôler la projection et la rotation de la pointe , la limite de cette analyse bien  présenté est que lors d’une rhinoplastie de très nombreux gestes associes modifient ces 2 paramètres notamment les sutures des alaires et les éventuelles greffes de pointes  , Si  l’étai columellaire permet d'améliorer la projection ,il  permet surtout d’assurer un soutien a la pointe et de symétriser une pointe asymétrique

Le Dr Korchia a présenté une communication : " la rhinoplastie vidéo assistée. Le point après 8 ans d’utilisation "  
Une jolie vidéo sur la technique qui tente de démontrer l’intérêt de la vidéo endoscopie dans le contrôle des gestes opératoires notamment sur la résection de bosse , associé a un materiel motorisé ( râpe et scie ) pour tenter d’être le plus précis et le  moins traumatique
Comme le souligne l’auteur le but étant d’améliorer la vision direct des gestes opératoires  ce qui amène une remarque simple , l’utilisation d’une voie ouverte ou externe permet justement au chirurgien d’opérer dans les meilleurs conditions de visibilité , et de contrôler ces gestes avec précision et surtout de reconstruire correctement le 1/3 moyen du nez afin d’éviter au maximum les imperfections , ce qu’il est plus compliqué de réaliser par une voie endonasale

Le Dr Durbec a présenté une communication : "  intérêt de l’ingénierie tissulaire cartilagineuse dans le cadre de la reconstruction nasale" 
Dans la recherche de l’implant idéal en rhinoplastie , les auteurs ont pratiqué une étude scientifique démontrant qu’il est possible de coloniser une matrice ( implant de medpor ) par une culture de  chondrocytes prélevés  a partir d’un prélèvement septal associée a un gel d’agarose, il reste a passer a l’étape "  humaine "  et utiliser ce "  greffon" 
Mon avis est qu’il  est long et complexe de faire d’abord un prélèvement puis une culture et enfin intervenir chirurgicalement, sachant qu’il est possible de prélever du cartilage sur la cloison les oreilles et en dernier recours sur les cotes ou le matériel est en abondance en un seul temps opératoire

Le Dr Gerbault a présenté une communication : "  résultats préliminaires a 1 an d’une matrice dermique acellulaire utilisée en prévention des irrégularités du dorsum " 

Sur le meme sujet le Dr Azan ( moi même ! ) a présente une communication : "  utilisation du permacol en rhinoplastie : résultats préliminaires " 

Ce que je retiens de ces 2 communications est que, dans certains cas, le chirurgien peut avoir besoin d’un matériel de greffe de bonne qualité et en quantité suffisante pour assurer un résultat, si le cartilage reste le meilleur matériel , il n’est pas toujours en quantité suffisante
Les greffes synthétiques ( silicone , medpor , goretex ) présentent un taux de complications potentiel non négligeable , les dermes acellulaires sont des greffes fabriquées à partir de derme porcin , puis vider de leurs cellules    ( on en retire tout le matériel génétique ) puis stérilisées , ce produit est fortement réticulé ce qui lui permet de ne pas perdre en volume dans le temps
Largement utilisé en chirurgie depuis 1998, on retrouve 3 publications anglaises ( 2008 ) utilisant ce produit ( permacol )  dans le cadre de la rhinoplastie avec 3 , 4 et 5 ans de recul  démontrant  son excellente tolérance  et  sa non ou très faible résorption
Le dr Gerbault l’a utilisé essentiellement en tissu de recouvrement comme de l’aponévrose pour camoufler d’éventuelles irrégularités , je l’ai pour ma part utilisé en camouflage mais aussi en augmentation soit seul soit avec du cartilage , le produit est très facile a façonner , nous avons conclu les 2 sur l’avenir prometteur de ce type de produit en rhinoplastie , reste a démontrer sa non résorption , ce que les études anglaises ont déjà démontré avec un recul de 5 ans  après la pose 

Le Dr Boulanger a présenté une communication"  la septorhinoplastie par désarticulation : évaluation d’un nouveau concept dans la correction des nez dévies et bossus "
Cette technique consiste a préservé le fameux point « K » du nez ( cf dt  cottle ) , pour cela les auteurs ne détachent  par la cloison des cartilages latéraux , mais pratique une désarticulation totale et surtout postérieur sur la lame perpendiculaire de l’ethmoïde et sous les os propre
Enfin une rection osseuse la lame perpendiculaire est effectuée sur la zone toute antérieure jusque sous les os propre de manière a libérer totalement des déviations postérieures , une fragment inférieur est alors réséqué pour aligner la ligne dorsale
Cette communication forte intéressante nous rappelle la difficulté de prise en chrar ge des déviations complexes et la nécessite de techniques parfois plus invasives : désarticulation totale , septoplastie extracorporelle avec dans certains cas l’utilisation de tuteur comme les feuilles de pds perforées

Enfin pour terminer on regrettera l’absence de débat !!! ordonné par les modérateurs par manque de temps !!!
Le plus important c’est l’échange d’expérience qui permet a tout le monde de progresser et de s’enrichir le l’expérience de chacun
Aussi en l’absence de débat peut être prochainement sera t’il préférable de poster des communications sur un forum scientifique et d’attendre les commentaires !!!!
Heureusement le débat s'est fait en partie dans les couloirs du congres 


                                                    Dr Lionel Azan / specialiste rhinoplastie / Paris 
mardi 27 septembre 2011
no image

Archives of facial plastic surgery / septembre et octobre 2011




 3 articles interessant sur la rhinoplastie dans cette derniére édition

Toward Personalized Nasal Surgery Using Computational Fluid Dynamics

Cet article très  technique , consiste-en une étude prospective sur 4 ans ou les auteurs ont tenté d’utiliser un modèle 3D des fosses nasales a partir de scanner et d’irm et d’utiliser les propriétés de la dynamique des fluides ( a l’aide de logiciel ) pour identifier  les zones d’obstruction nasale , et tenter virtuellement en modifiant le modèle d’analyser les résultats d’une chirurgie septale ou turbinale  sur la fonction nasale ( résistances )

Les auteurs concluent que l’utilisation de la dynamique des fluides sur un modèle 3D du nez   permet un résultat prédictif d’une intervention prédéterminée 

Les auteurs rappellent que la chirurgie de l’obstruction nasale est l’une des plus pratiquée en chirurgie ORL , notamment la septoplastie puis la turbinectomie 

Ils rappellent aussi que le taux d’échec peut être important dans cette chirurgie , les causes étant multifactorielles , notamment l’absence a ce jour d’examen précis permettant de mesurer la fonction nasale , d’où l’importance de l’expérience du praticien

Mon avis : Il est vrai qu’a ce jour aucun examen ( tdm / irm / rhinomanometrie ) permet de définir avec exactitude une obstruction et son lieu , seule l’expérience du chirurgien permet d’identifier au mieux et de proposer une indication opératoire adaptée , l’évolution des techniques d’imageries et de logiciels permettra de mieux cerner les gestes a effectuer , néanmoins ce type d’examen ne pourra pas juger de l’importance d’une insuffisance de la valve nasale  , et aussi du bon fonctionnement des récepteurs sensitifs du nez pouvant être altères dans certaines pathologies ( syndrome du du nez vide et autres )  


Sonic Rhinoplasty
Histologic Correlates and Technical Refinements Using the Ultrasonic Bone Aspirator
      .            Jewel D. Greywoode, MD; Edmund A. Pribitkin, MD

Les auteurs rapportent leur expérience dans l’utilisation d’un aspirateur osseux a ultrasons
( société sonopet ) , en rhinoplastie , sur une série de 103 patients

Le matériel a été utilise dans plusieurs indications : réduction de l’épine nasale , creusement de la glabelle , réduction de la convexité des os propres du nez et sculpture des fragments osseux après ostéotomies

L’intérêt de ce matériel réside dans grande précision et son innocuité sur les tissus de voisinage ( cartilage et muqueuse ) , les inconvénients en sont son coût ( embout a usage unique ) , et la nécessite d’une voie ouverte pour son utilisation

Les auteurs rapportent 7 complications mineures sur 103 rhinoplasties réalisées du type: irrégularités et asymétries

Mon avis : ce type de matériel permet probablement un traitement soigneux et surtout  une possibilité de modifier les parties osseuses après ostéotomies ce qui n’est  que difficilement réalisable avec une râpe classique , sa limite restant son cout !


Prevalence of Occult Nostril Asymmetry in the Oversized Nasal Tip
A Quantitative Photographic Analysis
      .            Shari D. Reitzen, MD; Luc G. T. Morris, MD; Richard E. Davis, MD

Il s’agit d’une étude rétrospective sur 100 patients présentant une pointe large ( bulbeuse ) dont l’objectif est de rechercher des asymétries narinaires non flagrantes a l’examen initial , sur l’étude des photos préopératoire en vue de face et de base

L’examen photographique retrouve près de 5 % d’asymétries préopératoire

Les auteurs concluent qu’un grand nombre de patient a pointe a large présentent des asymétries narinaires d’origine

La définition des pointes bulbeuses est rendu difficile par sa forme en 3D des cartilages , l’épaisseur de la peau et la contraction cicatricielle pouvant altérer un résultat symétrique , d’autant que prés de 5% des patients présentent au départ des asymétries  

Mon avis : les asymétries préopératoires sont très fréquentes et doivent êtres présentés au patient avant l’intervention , les asymétries post opératoires sont aussi fréquentes par la contraction cicatricielle néanmoins , dans la grande majorité elles se dissipent spontanément dans les 3 a 6 mois suivant l’intervention

Par ailleurs de légères asymétries post-opératoires ne remettent pas en question un bon resultat global de rhinoplastie 

                         


                                 Dr Lionel Azan / spécialiste rhinoplastie / Paris 
                                     www.institut-rhinoplastie.fr
samedi 24 septembre 2011
dimanche 18 septembre 2011
dimanche 4 septembre 2011
no image

rhinoplastie / archives of facial plastic surgery / juillet 2011



1 seul article sur la rhinoplastie dans la revue de juillet / aout  2011

Expanded polytetrafluoroethylene as dorsal augmentation in rhinoplasty on southeast asian noses


Yap / Abubakar / Olveda

Une fois de plus un article en faveur de la bonne efficacité et tolérance du  du Gore Tex ( EPTFE ) en greffon d'augmentation dorsale  en rhinoplastie

 Cette étude rétrospective sur 3 ans portant sur 1054 patients !!! retrouve un score de bons résultats  de 97,5 %  , et 2,5 % de complications , essentiellement des déplacements d'implant (1%) et 0,40 % d'infection

Les infections etant plus importantes dans le groupe des rhinoplasties secondaires qui ne représentent que 5% de l'ensemble des cas

Les précautions préconisés par l'auteur sont connus :

  - asepsie per opératoire
  - antibiotherapie post operatoire
  - imprégner l'implant dans de la gentamycine avant la mise en place
   -bonne fermeture muqueuse et cutanée
  - utilisation  d'attelle interne et externe

De nombreuse études surtout asiatique confirment la bonne tolerance du gore text en augmentation dorsale et son faible risque d'infection et d'extrusion

Conrad et col. etude sur 521 patients  avec 1,9 % de reprise
Peled et col . avec une etude sur plus de 30 ans
Dong et col . en chine avec une etude sur 1700 patients

En conclusion le gore text semble un implant acceptable en augmentation dorsale au vue de son faible taux de complications et d'extrusion  , avec une réserve pour son utilisation en rhinoplastie secondaire

Mon avis : Les sociétés savantes en France ne recommandent  pas l'utilisation d'implants synthétiques en première  intention , et conseillent plutôt l'usage du cartilage ou de l'os en greffe

Cependant dans certains cas , le matériel de greffe n'est pas en quantité suffisante , notamment en rhinoplastie secondaire ou dans les rhinoplasties ethniques ( africaine  ou asiatique )

Le gore tex semble présenter une meilleur fiabilité  a la vue des taux de complications ( infection , extrusion ) rapportés, comparé a l'utilisation  des prothèses en silicone ou du medpore , de l'ordre de 5 a 10 % en fonction des articles

L'avenir est peut être dans l'utilisation de matériel biologique avec l'utilisation de collagène  dermique  acellulaire d'origine animale dont les résultats semblent prometteurs

                              


                                          Dr Lionel Azan / spécialiste rhinoplastie / Paris





jeudi 25 août 2011
jeudi 14 juillet 2011
jeudi 23 juin 2011
Rhinoplastie et produits de comblement ( fillers )

Rhinoplastie et produits de comblement ( fillers )


Rhinoplastie et produits de comblement ( fillers )

( d’après une communication de la revue de chirurgie esthétique publiée par la l’American society of aesthetic plastic surgery )

Selon les statistiques, la rhinoplastie est l’une des 5 interventions cosmetique les plus pratiquées, pour autant elle est  l’une des plus délicate, et nécessite parfois des retouches .

Avec la popularité et l’efficacité croissante des produits de comblement , il va se soi que les chirurgiens se soient intéressé a ces produits dans le cadre de la rhinoplastie

Les produits de comblement permettent aux chirurgiens de corriger des imperfections, sans immobilisation, sans anesthésie , sans hospitalisation , avec un reprise de la vie quotidienne immédiate ,  ces éléments sont donc primordiaux

Actuellement 2 produits sont largement utilisés dans le nez : l’acide hyaluronique et le gel d’hydroxyapatite de calcium  , 2 produits résorbables

Il est nécessaire de ne pas injecter de produits définitifs ou a très longue durée du fait des risques de granulomes , cellulite , ulcération etc .

Comme toutes les techniques d’injection de la face, la compétence est primordiale ainsi qu’une connaissance précise de l’anatomie du nez et de la face, aussi est-il nécessaire d’être injecté par son ou un chirurgien

Actuellement les indications se portent surtout sur les 2/3 supérieurs du nez ; les arrêtes trop creusées , les asymétries latérale ; certaines déviations modérées

Les indications sur la pointe et la base du nez  sont plus délicates , il est malgré tout possible    de combler les ailes narinaires pour de petites rétractions avec beaucoup de prudence

Les risques dans des mains inexpérimentées sont des aspects bosselés et irréguliers  voire des atteintes de certains vaisseaux sanguins, ou des problèmes respiratoires si le produit est mal placé au niveau de la pointe

Les indications de  rhinoplastie médicale par comblement s’adressent essentiellement à des retouches modérées  de patients opérés , les indications primaires n’ont pas lieu d’être (exceptionnelle )

En cas de décision de reprise opératoire , il n’est pas recommandé d’utiliser ce type de produit , ou alors attendre que le produit se soit résorbé avant d’intervenir

L’utilisation de produit de comblement dans le nez nécessite un haut niveau de compétence ainsi qu’une compréhension approfondie des structures nasales et des tissus mous afin de minimiser le risque de mauvais résultat voire de complications graves

Mon avis : l’utilisation des produits de comblement est une petite révolution dans la prise en charges des imperfections, car dans  des mains expertes ( rhinoplasticiens ) , cette technique permet simplement ( en consultation ) de finaliser un résultat , mon expérience est que l’utilisation d’acide hyaluronique  dans le nez se comporte en fait comme un produit définitif , dans la majorité des cas une seule injection , voire une seconde 12 a 18 mois après permettent de gommer définitivement une asymétrie , le nez est une zone immobile , les injections sont pratiquées en profondeur ce qui explique peut être que le produit ne se résorbe pas ou très lentement ( seule une étude clinique permettrait de le prouver et l’expliquer )

En pratique l’injection est pratiquée en cabinet sans anesthésie , et sans sur corriger , une retouche 15 jours après permet de finaliser le résultat  


Dans" la quête de la perfection" du patient ou du  chirurgien  , les produits de comblements en rhinoplastie deviennent un outil indispensable !

                        

                                                  Quelques résultats immédiatement après injection 






Dr Lionel Azan / spécialiste rhinoplastie / Paris 


Copyright © 2016 forum rhinoplastie / Dr Lionel Azan All Right Reserved