AVERTISSEMENT

Ce blog peut contenir des photos opératoires choquantes pour les plus jeunes

Breaking News
Loading...

Derniers Articles

jeudi 21 avril 2011
Rhinoplastie : voie ouverte vs voie fermée ?

Rhinoplastie : voie ouverte vs voie fermée ?


Rhinoplastie : voie ouverte vs voie fermée ?  Il serait temps de clôturer ce débat qui n’a pas lieu d’être





En effet d’abord comme on peut le voir sur la photo, il est difficile voire impossible de réaliser quoi que ce soit par une voie fermée !

En fait il faut parler de voie endonasale et de voie externe

La voie endonasale est réalisée strictement par des incisions a l’intérieur du nez , la voie externe utilise les mêmes incisions avec en plus une incision externe a la base du nez ( sous le nez ) de 2 a 4 mm de longueur

Les partisans de la voie endonasale expliquent que les décollements sont plus importants par une voie externe , ceci est bien entendu faux , des lors que le chirurgien doit aborder l’ensemble du nez et notamment la pointe quelque soit la voie d’accès les décollements sont identiques  et donc les œdèmes post opératoires aussi

Dans une vois endonasale le chirurgien peut être amené a sortir les cartilages du nez pour les modifier dans leurs formes alors que dans une voie externe le chirurgien a une vue directe sur les éléments a modifier

En l’absence de traitement de la pointe, la voie strictement endonasale peut être suffisante , mais de toute manière ne permet pas au chirurgien de pratiquer les mêmes gestes avec autant de précision que dans une voie externe

En ce qui concerne la cicatrice visible a la base du nez , celle ci est en règle invisible   2 à 3 mois après l’intervention et ne pose donc aucun problème sur le résultat final

2 photos  avant / aprés a 3 mois de l'intervention , la cictarice a la base du nez  est quasi invisible





Au final, ce que le patient doit retenir, c’est qu’un chirurgien utilise en règle la technique dans laquelle il se trouve le plus confortable  pour la réalisation de geste précis , ceci bien entendu dans le but d’obtenir un résultat optimal , il n’y a pas de règle défini , mais que des habitudes

Il n’y a pas un congres de rhinoplastie sans un  débat  sur l’intérêt d’une voie endonasale ou externe , je crains que ce sujet   ne soit jamais clôt , mais au bout du compte , l’important c’est le résultat

Tous les chemins mènent a Rome , le principal étant d’y arriver …


           
                                              Dr Lionel Azan / spécialiste rhinoplastie / Paris 

mardi 12 avril 2011
dimanche 3 avril 2011
no image

archives of facial plastic surgery / avril 2011

Voici le résumé de 3 articles des archives of facial plastic surgery du mois de mars /avril

Nasal airway preservation using the autospreader techniques


Sirius Yoo / Sam P Most

Article très intéressant qui prouve ce l'on pensait a savoir que la réalisation d'autospreader graft de façon systématique dans les réductions dorsales du nez évite l'apparition d'une obstruction et permet dans certains cas d'obstruction de lever celle ci

Il s'agit d'une étude prospective sur 38 patients constituée de 2 groupes , une groupe de rhinoplastie esthétique et un groupe de septorhinoplastie fonctionnelle , cette étude démontre l'absence de complication de cette technique et démontre  le bon maintien de la fonction ventilation dans le groupe des rhinoplastie esthétiques et l'amélioration significative de la fonction dans le groupe fonctionnel

Mon commentaire : personnellement j'utilise de façon quasi systématique l'utilisation d'autospreader grafts , a mon sens simple de réalisation permettant un maintien de la fonction et une nette amélioration du 1/3 moyen sur le plan esthétique



Extracorpreal septoplasty : complication and new techniques


Matt D Wilson / Steven R Mobley

Cette article est réellement un résumé de ce qu'il faut connaître en matière de septoplastie et je vous recommande de le lire

L'objectif de cet article est de faire un resume sur les complications des différentes septoplastie et d'apporter quelques modifications techniques sur la septoplastie extracorporel ceci sur une étude rétrospective de 26 patients ( septorhinoplastie primaire : 26 cas et septorhinoplasties secondaires : 20 cas

Tout d'abord l'auteur rappelle que la première étude sur la septoplastie extracorporel date de 1995 de Gubisch avec plus de mille cas !

Sur le plan technique cette étude démontre l'intérêt d'attacher correctement la cloison reconstruite aux cartilages triangulaires et a l'épine nasale , avec un risque de décrochage de la ligne dorsale a la jonction os cartilage

Most en 2006 décrit une variante technique pour éviter cet écueil de ligne de profil en préservant un fragment de 1 cm de cartilage septal ou sera rattache la pièce septale reconstruite

Les auteurs décrivent une variante tres judicieuse qui consiste comme Most a conserver un fragment mais surtout re dessiner une pièce cartilagineuse venant combler l'espace membraneux septal et s'attacher directement a crus mesiales , ceci assurant plus facilement une rectitude , une solidité,  permettant aussi de régler les problèmes de projection et de rotation de la pointe

Il insiste aussi sur la mise en place d'attelles en silicone maintenue par 4 a 6 points pendant une période de 15 jours

En ce qui concerne les complications , l'auteur rappelle le peu d'études faites sur les complications de la septoplastie

Une étude récente est celle de Bloom sur les complications de la septoplastie endonasale a savoir :

hématome et hémorragie : 6%
fuite de LCR : exceptionnel
sur correction : 2%
perforation de cloison : 1 a 7 %
synéchies : 7 %
hyposmie : 0,3 %
déformations esthétiques : 4 a 8 %

L'etude de Gubisch sur la septoplastie extracorporelle a démontré que le pourcentage est nettement inférieure avec ce type de technique

hémorragie : 1 / 1000
hématome : 0%
infection inférieure a 1 %
déformations esthétique : 7 %

Dans son article Most retrouve 0% de complication

Dans son étude l'auteur retrouve

2 cas de complications ayant nécessité une reprise opératoire ( 4%)
2 cas d 'inflammation collumellaire traite par antibiotique ( 4 % )

Mon commentaire : cette étude démontre bien la difficulté de certaines septoplastie , cette intervention nécessite d'être pratiqué par des chirurgiens ayant une bonne expérience de la chirurgie du nez , il est dommage que l'on ne dispose  pas d'étude sur les résultats fonctionnel des différentes septoplastie , la septoplastie extracorporelle apporte réellement une solution aux déviations complexes du nez , elle est d'autant plus facile a réaliser si on l'associe aux plaque de PDS perforées pour le montage , tant qu'au risque de décrochage de la ligne de profil il peut être minimise en plus par l'utilisation de de camouflage




Practical device for precise cutting of costal cartilage grafts to uniform thickness

Allen Fouled / Cyrius Manuel / Brian Jf / Wong

Le cartilage costal semble de plus en plus utilisé en rhinoplastie , aussi les auteurs tente au travers de cette étude d'imaginer un outil permettant de le  découper avec précision après prélèvement , Ce qui ressort de cette étude c'est que d'abord la qualité du prélèvement joue un role essentiel , le fragment doit etre maintenu de chaque cote avant découpe , l'utilisation d'un système a double lame permettrait des découpes très fines ( 0,8 mm ) avec une très bonne précision et reproductibilité , a l'heure actuelle ce matériel n'est pas commercialisé

                                      
                                           Dr Lionel Azan / spécialiste rhinoplastie / Paris
Copyright © 2016 forum rhinoplastie / Dr Lionel Azan All Right Reserved