AVERTISSEMENT

Ce blog peut contenir des photos opératoires choquantes pour les plus jeunes

Breaking News
Loading...
lundi 17 octobre 2011

118 eme congres de la SFORL / rhinoplastie



 le dimanche 16/10/11 s’est tenue une matinée sur le thème de la rhinoplastie organisée par  la société française  de chirurgie plastique et esthétique de la face et du cou

Voici un petit résumé personnel de cette  matinée

le Dr Durbec a présenté une communication : " comment contrôler la projection de la pointe du nez : analyse et algorithme de traitement "
Cette étude rétrospective tend a démontré l’importance de la mise en place d’un étai columellaire pour contrôler la projection et la rotation de la pointe , la limite de cette analyse bien  présenté est que lors d’une rhinoplastie de très nombreux gestes associes modifient ces 2 paramètres notamment les sutures des alaires et les éventuelles greffes de pointes  , Si  l’étai columellaire permet d'améliorer la projection ,il  permet surtout d’assurer un soutien a la pointe et de symétriser une pointe asymétrique

Le Dr Korchia a présenté une communication : " la rhinoplastie vidéo assistée. Le point après 8 ans d’utilisation "  
Une jolie vidéo sur la technique qui tente de démontrer l’intérêt de la vidéo endoscopie dans le contrôle des gestes opératoires notamment sur la résection de bosse , associé a un materiel motorisé ( râpe et scie ) pour tenter d’être le plus précis et le  moins traumatique
Comme le souligne l’auteur le but étant d’améliorer la vision direct des gestes opératoires  ce qui amène une remarque simple , l’utilisation d’une voie ouverte ou externe permet justement au chirurgien d’opérer dans les meilleurs conditions de visibilité , et de contrôler ces gestes avec précision et surtout de reconstruire correctement le 1/3 moyen du nez afin d’éviter au maximum les imperfections , ce qu’il est plus compliqué de réaliser par une voie endonasale

Le Dr Durbec a présenté une communication : "  intérêt de l’ingénierie tissulaire cartilagineuse dans le cadre de la reconstruction nasale" 
Dans la recherche de l’implant idéal en rhinoplastie , les auteurs ont pratiqué une étude scientifique démontrant qu’il est possible de coloniser une matrice ( implant de medpor ) par une culture de  chondrocytes prélevés  a partir d’un prélèvement septal associée a un gel d’agarose, il reste a passer a l’étape "  humaine "  et utiliser ce "  greffon" 
Mon avis est qu’il  est long et complexe de faire d’abord un prélèvement puis une culture et enfin intervenir chirurgicalement, sachant qu’il est possible de prélever du cartilage sur la cloison les oreilles et en dernier recours sur les cotes ou le matériel est en abondance en un seul temps opératoire

Le Dr Gerbault a présenté une communication : "  résultats préliminaires a 1 an d’une matrice dermique acellulaire utilisée en prévention des irrégularités du dorsum " 

Sur le meme sujet le Dr Azan ( moi même ! ) a présente une communication : "  utilisation du permacol en rhinoplastie : résultats préliminaires " 

Ce que je retiens de ces 2 communications est que, dans certains cas, le chirurgien peut avoir besoin d’un matériel de greffe de bonne qualité et en quantité suffisante pour assurer un résultat, si le cartilage reste le meilleur matériel , il n’est pas toujours en quantité suffisante
Les greffes synthétiques ( silicone , medpor , goretex ) présentent un taux de complications potentiel non négligeable , les dermes acellulaires sont des greffes fabriquées à partir de derme porcin , puis vider de leurs cellules    ( on en retire tout le matériel génétique ) puis stérilisées , ce produit est fortement réticulé ce qui lui permet de ne pas perdre en volume dans le temps
Largement utilisé en chirurgie depuis 1998, on retrouve 3 publications anglaises ( 2008 ) utilisant ce produit ( permacol )  dans le cadre de la rhinoplastie avec 3 , 4 et 5 ans de recul  démontrant  son excellente tolérance  et  sa non ou très faible résorption
Le dr Gerbault l’a utilisé essentiellement en tissu de recouvrement comme de l’aponévrose pour camoufler d’éventuelles irrégularités , je l’ai pour ma part utilisé en camouflage mais aussi en augmentation soit seul soit avec du cartilage , le produit est très facile a façonner , nous avons conclu les 2 sur l’avenir prometteur de ce type de produit en rhinoplastie , reste a démontrer sa non résorption , ce que les études anglaises ont déjà démontré avec un recul de 5 ans  après la pose 

Le Dr Boulanger a présenté une communication"  la septorhinoplastie par désarticulation : évaluation d’un nouveau concept dans la correction des nez dévies et bossus "
Cette technique consiste a préservé le fameux point « K » du nez ( cf dt  cottle ) , pour cela les auteurs ne détachent  par la cloison des cartilages latéraux , mais pratique une désarticulation totale et surtout postérieur sur la lame perpendiculaire de l’ethmoïde et sous les os propre
Enfin une rection osseuse la lame perpendiculaire est effectuée sur la zone toute antérieure jusque sous les os propre de manière a libérer totalement des déviations postérieures , une fragment inférieur est alors réséqué pour aligner la ligne dorsale
Cette communication forte intéressante nous rappelle la difficulté de prise en chrar ge des déviations complexes et la nécessite de techniques parfois plus invasives : désarticulation totale , septoplastie extracorporelle avec dans certains cas l’utilisation de tuteur comme les feuilles de pds perforées

Enfin pour terminer on regrettera l’absence de débat !!! ordonné par les modérateurs par manque de temps !!!
Le plus important c’est l’échange d’expérience qui permet a tout le monde de progresser et de s’enrichir le l’expérience de chacun
Aussi en l’absence de débat peut être prochainement sera t’il préférable de poster des communications sur un forum scientifique et d’attendre les commentaires !!!!
Heureusement le débat s'est fait en partie dans les couloirs du congres 


                                                    Dr Lionel Azan / specialiste rhinoplastie / Paris 
Copyright © 2016 forum rhinoplastie / Dr Lionel Azan All Right Reserved